Que s’est-il passé un 2 juillet ?

02 juillet 1964 – Promulgation de la loi sur les droits civiques aux États-Unis

Le 02 juillet 1964 le Président Lyndon B.Johnson signe la Loi sur les droits civiques aux États-Unis.  Le « Civil Rights Act » de 1964 est la première législation des droits civiques de la nation. Elle interdit la discrimination sur base de la race, la couleur de peau, la religion, le sexe ou l’origine ethnique dans les lieux publics mais aussi dans le monde du travail. Elle demande également aux établissements scolaires d’appliquer la déségrégation et elle permet le droit de vote pour tous.
C’est l’occasion de revenir brièvement sur cette promulgation qui a permis d’ouvrir la porte à de nouveaux progrès en matière d’égalité aux États-Unis d’Amérique.

Mouvement pacifiste en faveur des droits civiques :

Après la Seconde Guerre mondiale, les pressions pour réduire les inégalités des minorités prennent davantage d’importance. A partir de 1945 jusqu’en 1957, le Congrès américain examine chaque année un projet de loi sur les droits civiques sans jamais réussir à en faire voter. Bien qu’il ait voté entre 1957 et 1960 quelques lois en matière de droit civique, aucunes d’entres elles n’ont pu offrir les progrès espérés.

1963 a été une année cruciale pour les nombreux mouvements favorables aux droits civiques. Les pressions sociales se sont amplifiées : affrontements retransmis à la télévision entre les manifestants pacifistes et les autorités ; meurtres de militants des droits civiques tels que Medgar Evers et William Moore et Marche sur Washington etc. Le 28 août de la même année marque l’apogée du mouvement pacifiste pour les droits civiques avec la « Marche sur Washington » pour l’emploi et la liberté. On dénombre deux cent mille personnes dont 80% sont afro-américaines qui défilent pour soutenir la lutte en faveur de l’intégration raciale aux États-Unis. Martin Luther King y prononcera d’ailleurs son célèbre discours « I have a dream ».

Difficile promulgation d’une loi réduisant les inégalités :

Le président John F. Kennedy proposera  dans un discours télévisé une loi sur les droits civiques en 1963.  Bien que ce dernier soit assassiné en novembre, son successeur, l’ancien vice-président Johnson accompagné de Martin Luther King prendra le relais et continuera à faire pression pour le passage du projet de loi.

Si l’examen et l’approbation du projet de loi, par la Chambre des représentants, ne présentent visiblement que peu de difficultés, l’atmosphère est différente au sein du Sénat. En effet ce dernier devient le théâtre d’une opposition âcre menée par les élus essentiellement issus de l’ancienne confédération des États du Sud. Néanmoins la ratification est effectuée après l’adoption par la Chambre basse en février 1964 puis celle du Sénat en juin.

Le 2 juillet 1964 le président Lyndon B. Johnson accompagné de M.L King, de Dorothy Height (présidente du National Council of Negro Women), Roy Wilkins (Mouvement des droits civiques), John Lewis et d’autres représentants des droits civils signe le projet de loi, déclarant officiellement que toute discrimination, quelle qu’elle soit, est désormais illégale aux États-Unis d’Amérique.

Bien que la loi ait été votée, il faudra néanmoins patienter quelques années pour voir de réels résultats…

N’hésitez pas à commenter pour donner votre avis ! 

 

About KevinV

Étudiant en licence information-communication, j'ai la volonté de devenir journaliste web. Indéniablement liée, je garde un oeil sur l'actualité d'aujourd'hui et sur celle d'hier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *