Que s’est-il passé un 29 juillet ?

29 juillet 1881 – Adoption de la loi sur la liberté de la presse en France.

Votée sous la Troisième République, la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse permet à l’ensemble des citoyens français de créer librement un journal, d’y publier ses opinions dans celui-ci ou dans un livre. Symbole du droit d’expression et de critique, la liberté de la presse est un rouage majeur à l’exercice de la démocratie. C’est l’occasion de revenir sur le périple d’une des principales libertés publiques.

Exposer ses idées librement est un droit auquel chaque citoyen doit bénéficier. Publier ses opinions librement signifie être libre de penser publiquement, être libre de revendiquer son esprit. En cela, la liberté de la presse est une revendication de tous les esprits libres.

Naissance d’un combat démocratique :

La revendication de la liberté de la presse et donc de la liberté d’expression dans l’ensemble des médias apparaît dès le XVIIème siècle. Il faudra cependant attendre la Révolution française pour voir émerger les premiers droits en matière d’expression. En effet, l’article 11 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen stipule que « tout citoyen peut parler, écrire, imprimer librement ».

Néanmoins, bien que le droit fût acquis, il ne perdurera pas bien longtemps. Dès 1794 et jusqu’en 1830 durant la période de l’Empire et de la Restauration, la presse est bâillonnée. La majorité des journaux sont contrôlés par l’État qui assène la presse à coups de censure.

La presse, rouage de la démocratie :

510_f5L’arrivée de la IIIe République et le rétablissement d’un régime démocratique va permettre de garantir amplement les libertés publiques. La loi sur la liberté de la presse est donc adoptée le 29 juillet 1881. En plus d’offrir une liberté à l’imprimerie et la librairie, elle supprime toute autorisation préalable de publication et tout dépôt de cautionnement auprès du parquet du procureur de la République. Elle définit diverses infractions (dont la diffamation, l’injure, les messages incitant au racisme et la provocation aux crimes et délits) qui limitent ainsi légalement la liberté de la presse en protégeant les personnes. Elle définit également les libertés et responsabilités de la presse française et impose un cadre légal à toute publication, à l’affichage public, au colportage et à la vente sur la voie publique.

Liberté mais censures diverses :

Aujourd’hui en France, la presse et plus largement les médias, sont libres.
L’État n’a plus aucun pouvoir de censure. Cependant, il est toutefois nécessaire de préciser qu’il existe différentes censures autres que celle exercée par un gouvernement.

En effet, les médias sont de plus en plus concentrés dans différents grands groupes de communication. Cela va alors poser le problème de la contrainte économique car une information n’est plus tant évaluée par son poids ou sa propre valeur mais se mesure plutôt par son niveau d’audience, sa valeur économique. La rentabilité intervient alors dans la pluralité et la diversité de l’information. Ajoutons que le système de subventions de l’Etat aux journaux influe indirectement leur contenu… 

Autre problème : l’image. L’information relayée par les médias audiovisuels touchera davantage la sensibilité des téléspectateurs par la puissance de l’image et l’émotion engendrée. Ceci peut donc pousser les programmes et chaînes d’information sur écran à privilégier le spectaculaire sur la mission d’information.

La diversité des  médias permettra aux citoyens de se nourrir en information depuis plusieurs sources et ainsi d’éviter les pièges économiques de certains. 

Note : La loi du 29 juillet 1881 est encore en vigueur aujourd’hui bien qu’elle ait été plusieurs fois modifiée. 

 

Je vous invite à mettre à commentaire si le sujet du jour vous a plu !

About KevinV

Étudiant en licence information-communication, j'ai la volonté de devenir journaliste web. Indéniablement liée, je garde un oeil sur l'actualité d'aujourd'hui et sur celle d'hier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *