Que s’est-il passé un 19 août ?

19 août 1991 – Putsch de Moscou.

Le 19 août 1991, plusieurs centaines de chars et 4000 militaires convergent vers le centre de Moscou dans une tentative de coup d’État contre le président Gorbatchev. Ce« putsch de Moscou », dirigé par des communistes conservateurs, avait pour ambition de solidifier l’Union soviétique face aux programmes réformistes et au désir d’indépendance de certaines de ses républiques. C’est pourtant le contraire qui se produira.
C’est l’occasion de revenir sur ce coup de force qui entraînera la dislocation de l’URSS.

Coup d’état :

Tanks dans le centre-ville de Moscou, 19 août 1991. (AFP PHOTO DIMA TANIN)
Tanks dans le centre-ville de Moscou, 19 août 1991. (AFP PHOTO DIMA TANIN)

Alors que Moscou se réveille doucement le 19 août 1991, un coup de tonnerre frappe la ville. Environ 360 chars, 42 véhicules blindés et près de 4000 militaires s’orientent vers le centre-ville. Sur les côtes de Crimée, le président de l’URSS, Mikhaïl Gorbatchev est assigné à résidence, entouré de gardes armés.

Ce qui ressemble à un défilé militaire s’avère être un coup d’État. Il est conduit par une dizaine de dirigeants communistes conservateurs. L’objectif du « putsch de Moscou » est de renforcer l’union entre les républiques socialistes soviétiques et de mettre un terme aux velléités d’indépendance de ces dernières. Il s’agit également de faire face aux nombreux programmes de réformes lancés par Gorbatchev. En effet ceux-ci sont axés vers la restructuration économique, la transparence politique et donnent une fine autonomie aux républiques qui composent l’Union.

Surprise démocratique :

Cependant le coup de force est mal organisé. Il ne durera finalement que quelques heures. Les putschistes feront face à une vague de protestations, de désobéissance à l’égard de l’état d’urgence décrété précédemment et à une grève générale appelée par le président de la Russie, Boris Eltsine. Ils rendirent les armes le 21 août, ne souhaitant pas attaquer les manifestants.

50 000 personnes se rassemblent devant le Parlement Soviétique, désobéissant l'état d'urgence, le 20 août 1991. (AFP PHOTO VITALY ARMAND)
50 000 personnes se rassemblent devant le Parlement Soviétique, désobéissant l’état d’urgence, le 20 août 1991. (AFP PHOTO VITALY ARMAND)

Le 21 août, les dernières traces du putsch avorté ont disparu. Le président Gorbatchev revient à Moscou le lendemain et semble, aux yeux de certains, incapable de calmer les tensions au sein de son parti. Il démissionnera par la suite de son poste de secrétaire général du Parti Communiste de l’Union Soviétique (PCUS) mais conservera néanmoins son poste de président de l’URSS.

Conséquences terribles qui marquent la fin :

(Infographie Le Figaro)
Carte représentant les républiques soviétiques (en rouge) et la date à laquelle elles ont pris leur indépendance. La (Infographie Le Figaro)

Les conséquences furent terribles pour l’URSS. Dès septembre 1991, les pays baltes (Estonie, Lettonie et Lituanie) prirent leur indépendance. Gorbatchev peina à restaurer une stabilité et une légitimité au sein des instituions centrales. Son rival, Boris Eltsine en profita pour élargir ses pouvoirs et prendre le contrôle de la société centrale de télévision, des ministères et des agences économiques clés de l’Union. L’URSS s’effrita à mesure que ses républiques quittèrent le navire : Biélorussie, Moldavie, Azerbaïdjan, Kirghizstan etc.

Malgré quelques tentatives échouées de recréer une union, Gorbatchev annonça sa démission du poste de président soviétique ce qui marqua la fin de l’URSS, le 25 décembre 1991.

Le Président de la Russie, Eltsine à droite, le Président de l'URSS, Gorbatchev, à gauche, devant le Parlement Soviétique.
Le Président de la Russie, Eltsine à droite, le Président de l’URSS, Gorbatchev, à gauche, devant le Parlement Soviétique. (AFP PHOTO PIKO)

Si l’article vous a plu, je vous conseille de laisser un commentaire 😉

 

About KevinV

Étudiant en licence information-communication, j'ai la volonté de devenir journaliste web. Indéniablement liée, je garde un oeil sur l'actualité d'aujourd'hui et sur celle d'hier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *