Que s’est-il passé un 22 août ?

22 août 1864 – Première Convention de Genève.

Signée par douze nations européennes le 22 août 1864, la première Convention de Genève donne officiellement naissance au droit international humanitaire. Elle entérine également la création de la Croix-Rouge. Aujourd’hui signées par la quasi-totalité des pays du monde, les Conventions de Genève instaurent des règles d’humanité qui ont pour but le respect de l’être humain et de sa dignité en temps de conflit.
C’est l’occasion de s’intéresser de près à ces différentes conventions qui est à l’heure actuelle plus ou moins respectées.

Création de la Croix-Rouge et du droit international humanitaire : 

Signe de la Croix-Rouge
Signe distinctif de la Croix-Rouge

Les quatre Conventions de Genève dont la première eut lieu le 22 août 1864, proviennent de l’inquiétude du genevois Henri Dunant. Une inquiétude liée au sort des milliers de blessés après la bataille de Solférino en 1859.
Signée par douze pays européens dont la France, la Suisse ou encore la Norvège, elle protège le personnel de secours aux blessés en reconnaissant la neutralité des ambulances et des hôpitaux militaires. Les personnes venant en aide aux blessés seront reconnaissables par une croix rouge sur un fond blanc. Signe de la Croix-Rouge, celle-ci étant créée par ladite convention.

Deuxième et troisième convention :

La deuxième convention ainsi que la troisième de 1906 et 1929, révisent les protocoles publiés en 1899. Elles protègent les malades, les blessés et les naufragés dans les forces armées sur mer. Elles s’intéressent également aux traitements des prisonniers de guerres. Le terme « prisonnier de guerre » y est défini : cela représente un combattant qui fut capturé.

4ème convention relative à la protection des populations civiles :

Extrait de la Convention de Genève de 1949
Extrait de la Convention de Genève de 1949

En 1949, cinquante-neuf États prennent part à une conférence pour rédiger de nouveaux textes. L’Organisation des Nations-Unies sera par ailleurs l’une des observatrices comme plusieurs organisations internationales. Cette conférence qui donnera lieu à la quatrième convention aborde les questions relatives à la protection des populations civiles lors des conflits armés internationaux (entre au moins deux pays) et non-internationaux (entre deux armées d’un même État). Ces derniers points seront visiblement traités avec précision par deux protocoles additionnels en 1977.

Les sujets tels que l’homicide intentionnel, la torture ou les traitements inhumains, les prises d’otages, les expériences biologiques – qui constituent des violations du droit de la guerre et considérés comme crimes de guerre – font parti de la quatrième Convention de Genève.

Traités spécifiques et évolution :

imageLes conventions ont été complétées par des traités spécifiques qui interdisent ou restreignent l’emploi de certaines armes (biologiques ou chimiques, armes incendiaires ou balles qui explosent etc.)

Afin de développer et faire évoluer le Droit International Humanitaire, la conférence internationale de la Croix-Rouge réunit tous les quatre ans le Comité International de la Croix-Rouge,  la Fédération International et l’ensemble des États signataires des Conventions de Genève.  

Helen Durham, 07 avril 2016 : 

« Le droit de la guerre n’a cependant jamais été aussi solide et aussi bien connu du grand public, et l’indignation exprimée quand il est bafoué n’a jamais été aussi forte. Partant, même si l’argument peut être tentant, il serait erroné de prétendre que les Conventions de Genève (qui sont au cœur du droit de la guerre) ne sont plus d’aucune utilité. […]  L’existence même des Conventions offre un cadre indispensable. En leur absence, il n’y aurait aucune manière de déterminer clairement ce qui est acceptable et ce qui ne l’est pas dans un conflit armé. »  Helen Durham, directrice du Département du droit international et des politiques humanitaires au CICR.  

About KevinV

Étudiant en licence information-communication, j'ai la volonté de devenir journaliste web. Indéniablement liée, je garde un oeil sur l'actualité d'aujourd'hui et sur celle d'hier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *