Que s’est-il passé un 27 août ?

27 août 1928 – Signature du Pacte Briand-Kellogg.

Dix ans après la Première Guerre mondiale, quinze nations du monde se réunissent à Paris pour signer le Pacte Briand-Kellog. Ce dernier, lancé par la France et les États-Unis, condamne le recours à la guerre pour le règlement des différends internationaux. Ce pacte, signé ensuite par cinquante pays, marque l’apogée de la détente à la fin des années 1920. Bien que cet accord affirme la volonté des Puissances de vivre dans un monde en paix, aucune sanction n’est envisagée en cas d’infraction. C’est l’occasion de revenir sur cette signature qui sera bafouée quelques années après lorsque l’un des pays signataires violera le droit international.

Contexte d’après-guerre :

Le souvenir de la guerre est encore présent dans la tête des Européens. Il y a quelques années de cela, elle ravageait le continent et fit près de 10 millions de morts, sans compter les millions de disparus. Une atmosphère paisible et enthousiaste règne, l’espoir de voir un monde en paix. La Société des Nations, fraîchement créée (qui jettera les bases de l’ONU) a justement pour but de préserver la paix et de soutenir l’amélioration globale de la qualité de vie dans le monde. 

Aristide Briand, homme politique français (1862-1932)
Aristide Briand, homme politique français (1862-1932)

Malgré le sentiment pacifique ressenti par de nombreuses nations européennes, la France qui craint une revanche allemande a besoin de se rassurer. C’est ainsi que Aristide Briand, « l’apôtre de le Paix », ministre français des Affaires étrangères et Frank Kellogg, le secrétaire d’État des États-Unis unissent leurs efforts pour construire un futur sans guerre.

Un futur meilleur ? 

Briand propose de renoncer mutuellement avec les États-Unis (qui ne font pas partis de la SDN), à la guerre comme moyen de résoudre les différends internationaux. Cette première est accueillie favorablement par le secrétaire d’État américain, influencé par l’opinion publique. Au-delà d’un simple traité bilatéral, Kellogg souhaite étendre ce pacte à l’ensemble des nations afin de garantir la détente qui s’est installée après le conflit précédent.  

Les quinze représentants des États signataires du Pacte Briand-Kellogg, le 27 août 1928. (benharoushg.canalblog.com)
Les quinze représentants des États signataires du Pacte Briand-Kellogg, le 27 août 1928. (benharoushg.canalblog.com)

Par cette volonté de voir un monde meilleur, les grandes puissances telles que le Royaume-Uni, le Japon et l’Italie rejoignent la France et les États-Unis et l’Allemagne à Paris, le 27 août 1928 à Paris. Ce sont donc quinze nations dont la Belgique, la Pologne et la Tchécoslovaquie ainsi que les dominions britanniques qui signent le Pacte de Paris (ou Pacte Briand-Kellogg) et s’engagent à renoncer à l’utilisation de la guerre pour le règlement des différends internationaux.

Engouement international et limite :

Par la suite ce sont près de cinquante pays qui signeront le traité dont l’URSS, poussés par l’opinion publique favorable à une paix durable et sérieuse. L’interdiction de la guerre fait de ce fait partie intégrante du droit international universel.

Néanmoins, l’une des limites majeures de ce traité est le manque absolu de procédures de sanctions condamnant la violation des règles prescrites. Seule une « perte d’avantages » est énoncée si une puissance signataire chercherait à développer ses intérêts nationaux en recourant à la guerre. Aucune alternative n’est inscrite bien que des négociations pacifistes soient préférables.

Efficacité presque nulle :

L’histoire montrera que cet élan de pacifisme international sera inefficace face à l’invasion japonaise de la Mandchourie chinoise en 1931 ou encore des invasions soviétiques et allemande de la Pologne.

Malheureusement, ces derniers faits provoqueront le deuxième conflit mondial tragique du XXème siècle, réduisant le Pacte de Briand-Kellogg en cendres.

About KevinV

Étudiant en licence information-communication, j'ai la volonté de devenir journaliste web. Indéniablement liée, je garde un oeil sur l'actualité d'aujourd'hui et sur celle d'hier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *