Que s’est-il passé un 10 septembre ?

10 septembre 1915 – Le Canard enchaîné est fondé

Hebdomadaire paraissant tous les mercredis, il est avant tout satirique, parfaitement hybride. Le Canard enchaîné  est fondé pour la première fois le 10 septembre 1915 par Maurice et Jeanne Maréchal avec le soutien de Victor Smell. De gauche mais incroyablement indépendant, ce journal français qui réapparaîtra en 1916 après deux mois d’essai semble donner « toutes les fausses nouvelles du monde entier, transmises de Berlin par fil barbelé ».
C’est l’occasion de revenir sur la création d’un journal qui dénonce les abus des hommes politiques, des grands patrons de l’industrie et refuse scrupuleusement la publicité, ce qui est rare dans la presse mondiale.

Le Canard enchaîné, indépendant et ironique :

La Une du Canard enchaîné du 13 juillet 2016.
La Une du Canard enchaîné du 13 juillet 2016.

Le Canard enchaîné, seul journal satirique français né pendant la Première Guerre mondiale et qui paraît encore aujourd’hui, a pour mission le pacifisme, anticléricalisme et antimilitarisme. Le journal, fondé par Maurice et Jeanne Maréchal lutte contre la propagande officielle et la censure de la presse,  les méfaits du conformisme et vise à la clarté, la propreté et à la liberté.

Il se distingue des autres papiers par son honnêteté, son indépendance vis-à-vis des organisations politiques et économiques et pour la justesse de ses informations. Alors que les journaux de son époque relayaient de fausses informations, majoritairement contrôlées, le Canard, provenant de l’argot et qui signifie « journal » mais plus largement « fausse nouvelle »,  s’attaque à la guerre, à la censure, aux politiciens, aux affairistes, aux curés, au pouvoir… Il se place aisément dans le courant libertaire.

Succès inattendu :

Durant la Seconde Guerre mondiale il cesse toute activité pour mieux revenir lors de la Libération. Afin de dynamiser ses contenus, le journal s’oriente vers le journalisme d’investigation, précurseur en la matière. Il connaît de ce fait un essor soudain, propulsant ses tirages. Pendant la guerre d’Algérie, Le Canard  est pour son indépendance et dénonce tous les extrêmes. Il s’amuse également à partir des années 1970 à dénoncer les scandales politiques et économiques. De plus, la satire passe également par les nombreux dessins…

Scandales et affaires :

Des affaires telles que l’affaire Papon, l’affaire de la feuille d’impôt de Marcel Dassault et l’affaire des « diamants » de Giscard gonflent considérablement les ventes : alors que le journal compte environ 477 000 exemplaires vendus, il en compte près d’un million avec ces différents événements.

« La liberté de la presse ne s’use que quand on ne s’en sert pas.« 

La Une du Canard enchaîné du 17 janvier 2015, à la suite des attentats perpétrés à Paris en janvier 2015 notamment contre le journal satirique "Charlie Hebdo".
La Une du Canard enchaîné du 14 janvier 2015, à la suite des attentats perpétrés à Paris en janvier 2015 notamment contre le journal satirique « Charlie Hebdo ».

Vous avez aimé cet article ? Postez votre avis 😉

About KevinV

Étudiant en licence information-communication, j'ai la volonté de devenir journaliste web. Indéniablement liée, je garde un oeil sur l'actualité d'aujourd'hui et sur celle d'hier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *