Que s’est-il passé un 3 septembre ?

3 septembre 1981 – Traité international sur les discriminations
à l’encontre des femmes.

Le traité international sur les droits des femmes entre en vigueur le 3 septembre 1981. Intitulé « la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes », ce traité des droits de l’Homme est intégralement dédié aux femmes du monde. Adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unis en 1979, la convention propose des orientations de politique nationale pour lutter contre toutes les formes de discriminations envers les femmes, que cela soit dans la sphère publique ou privée.
C’est l’occasion de s’intéresser à cette convention qui s’intègre dans le processus d’égalité entre les femmes et les hommes.

Élimination des discriminations envers les femmes :

Logo de la CEDEF
Logo de la CEDEF

Le 18 décembre 1979 est adoptée la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDEF/CEDAW en anglais) par l’Assemblée générale des Nations unies. Elle entre en vigueur en tant que traité international le 3 septembre 1981 après avoir été ratifiée par 20 pays. Aujourd’hui ratifiée par 189 pays sur les 192 représentés à l’ONU, elle oblige les États parties à utiliser immédiatement tous les moyens appropriés afin d’éliminer les discriminations à l’égard des femmes.

Définition « discrimination à l’égard des femmes » :

Pour la Convention, l’expression « discrimination à l’égard des femmes » se traduit comme « toute distinction, exclusion ou restriction fondée sur le sexe qui a pour effet ou pour but de compromettre ou de détruire la reconnaissance, la jouissance ou l’exercice par les femmes, quel que soit leur état matrimonial, sur la base de l’égalité de l’homme et de la femme, des droits de l’homme et des libertés fondamentales dans les domaines politique, économique, social, culturel et civil ou dans tout autre domaine ».

Obligations :

Participation des États à la CEDAW : En vert foncé : Signé et ratifié En vert clair : Ratifié par accession ou succession En bleu marine : État non reconnu lié En jaune : Signé et non ratifié En rouge : Non signé (Wikipédia Commons)
Participation des États à la CEDAW :
En vert foncé : Signé et ratifié ; en vert clair : Ratifié par accession ou succession ; en bleu marine : État non reconnu lié ; en jaune : Signé et non ratifié ; en rouge : Non signé.  (Wikipédia Commons)

De ce fait, les pays qui signent et ratifient la Convention se voient obligés de prendre « toutes les mesures appropriées, y compris des dispositions législatives, pour assurer le plein développement et le progrès des femmes, en vue de leur garantir l’exercice et la jouissance des droits de l’homme et des libertés fondamentales sur la base de l’égalité avec les hommes ». Cela demande également de changer les attitudes, les pratiques et les procédures au sein des gouvernements pour établir la stricte égalité entre les individus ; de s’assurer que les organisations privées et les citoyens ne discriminent pas les femmes ; et de changer les stéréotypes culturels nuisibles.

Responsabilités :

La Convention des droits des femmes implore donc les parties signataires de faire respecter les droits que bénéficient les femmes, de protéger leurs droits et ainsi empêcher toute violation de ces derniers et d’assurer pleinement l’exercice des droits pour que les femmes et les hommes puissent jouir de leurs droits en toute égalité.

Alors que la France a levé ses réserves à la convention CEDEF en 2013, seuls les États-Unis ne l’ont pas ratifiée. Certains pays tels que l’Iran, le Soudan du Sud ou la Somali n’ont pas encore signé le traité international.

 

Si l’article vous a plu, je vous conseille de laisser un commentaire 😉

About KevinV

Étudiant en licence information-communication, j'ai la volonté de devenir journaliste web. Indéniablement liée, je garde un oeil sur l'actualité d'aujourd'hui et sur celle d'hier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *